• Le 22 Juillet 1913, le Capitaine de Frégate François Madeleine-Bastille, surnommé JoliMumm, commandant du sous marin à vapeur d'attaque français Charles Deguaux-Lestoile, passe devant la Haute Cour de Justice Militaire réunie sous la présidence de l'Amiral Dupetit-Toutcourt . Il est accusé de bélligérance aggravée en temps de paix. Les audiences ont lieu à huis clos au Ministère de la Marine avant d'être transportées pour la commodité des débats au Panier Fleuri rue Cassette. Il est notamment reproché au Commandant Madeleine-Bastille l'usage inconsidéré et répété d'ustensiles de guerre tels que torpilles et canons au cours du printemps 1911  à l'encontre d'un batîment de croisière britannique dont le nom sera tenu secret par l'amirauté:

    "Question:Avez-vous engagé au cours du printemps 1911 lors de l'une de vos missions un batîment étranger?

    Réponse: Affirmatif le croiseur de bataille H.M.S. Inculabeule.

    Question: Pour quelle raison?

    Réponse: Raisons personnelles.

    Question: Nous respectons votre pudeur commandant malgré tout les actes de guerre commis sous pavillon français ne sauraient manifester de caractère privatif? Nous vous demandons la plus grande sincérité... Madame Suzette dîtes à ces dames de faire un peu moins de bruits je vous prie. 

    Réponse: Soit, lors de notre avitaillement à Anvers la Commodore Billings  a gravement mis en cause la qualité de notre marine de guerre, je lui ai demandé réparation, nos témoins ont convenu d'une rencontre, mais comme nous devions appareiller tous deux le lendemain, nous avons remis la rencontre à la fin de nos missions respectives, et ce dans un secteur convenu de l'atlantique-nord, les conditions étant à huit cent métres, dix coups au 88 de marine.

    Question: La rencontre a-t-elle eu lieu?

    Réponse: Affirmatif.

    Question: A quelle date?

    Réponse: Dans la nuit du 11 au 12 Avril 1911.

    Question: Quelle en a été l'issue?

    Réponse: Euh... nous avons reçu un coup direct dans la soute à charbon...

    Question: Oooh!

    Réponse: Mais nous leur avons explosé la cantîne des premiers maîtres et la salle à manger du commodore Billings.

    Question: Aaah! 

    Question: Quelles ont été les conséquences des dommages que vous avez subis?

    Réponse: Nous sômmes rentrés à la voile.

    Question: Pensez-vous que dans le cours de "votre affaire" des projectiles aient pu s'égarer?

    Réponse: Euh... nous avons été un peu long à l'engagement, des problêmes de hausse, en face ils nous ont encadrés trés large aussi au début,nous louvoyons tellement au milieu des icebergs que Billings a dû commander un tir éclairant pour s'y retrouver. C'était triché mais bon. Aprés, je dois à la vérité de dire que mon canon Saint Chamond porte à gauche et Billings c'est connu dans la marine britannique est tory il est donc possible qu'à un instant "i" nous ayons triangulé de conserve sur un point "t"...

    Question: Hum! Hum! Vous voulez dire un point "p" commandant.  Eh bien ma foi je tiens... la cour se tient pour satisfaite des réponses apportées par le commandant Madeleine-Bastille et le relaxe des chefs d'accusation, pour le reste nous n'avons pas à en connaître... la destinée de quelques obus perdus...  Madame Suzette vous pouvez apporter le champagne, vous connaissez les préférences du commandant!"

    Plus tard le capitaine de vaisseau Madeleine-Bastille deviendra l'un des héros de la résistance intérieure française sous le pseudonyme de commandant Bastille-Madeleine, arrêté par les allemands, torturé, passé à la râpe à fromage, râpé aux deux tiers ses derniers mots seront:

    -Comment... comment vous avez fait pour me reconnaître?

    Le conseil municipal de Paris a décidé le mois dernier de débaptiser la station de métro "Passy" pour suspicion d'arrières pensées vichyssoises et de la rebaptiser Madeleine-Bastille. 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique